22 heures et c'est Cape Town. L'entrée dans le port. Quand les nuages se posent sur le sommet de la Montagne de la Table, les gens ne disent pas l'étable* mais prétendent que le diable a déposé la nappe. Cette nuit-là, il avait mis son grand tablier. Il pleut et il fait plus que frais. Un quart d'heure après l'arrivée, un officier de l'immigration m'interdira de quitter le bateau sous prétexte qu'il ne possède pas le timbre à apposer dans mon passeport.

acape1

* Allusion au mythique roman "Les gens disaient l'étable" écrit entre 1982 et 1992 et qui paraîtra en janvier 2007 aux éditions "Le Grand Miroir" à Bruxelles. Je ne sais pas si je dois vous en recommander la lecture, je ne l'ai pas lu vu que c'est moi qui l'ai écrit.