C'était une autre des promesses à Elise: j'irai dans la ville bleue quand les jacarandas épousent le ciel. J'ai bien failli ne pas pouvoir tenir cette promesse: quelques jours de retard du bateau en plus et ces arbres auraient perdu toute leur beauté. Le matin, après le petit déjeuner, le maître du train m'a prévenu que, contrairement aux habitudes locales, personne ne viendrait me chercher à Johannesbourg. Le problème, c'est que, de la gare à l'hôtel, il y avait plus de septante kilomètres!!! Un couple de retraités voyageait avec moi. La dame, ayant entendu la conversation vint me trouver pour me dire de ne pas m'inquiéter: son fils venait les chercher et il me déposerait à l'hôtel...
Ce qu'il fit malgré la petite cinquantaine de kilomètres nécessaire avant de trouver l'endroit.
Endroit où il n'y avait personne et où je dus attendre une bonne demi-heure avant que l'on vienne m'ouvrir.

ahotel

Il n'y avait qu'une trentaine de degrés à l'ombre, mais j'étais tout de même arrivé dans la ville bleue...

ableu

Le soir, Gracious, le gardien de l'hôtel, m'apporta le "silfonne", le gsm, quelqu'un m'appelait. C'était Nic, il voulait me dire que j'avais oublié mon chapeau dans sa voiture. Je lui ai répondu que ce n'était pas bien grave... Si, si, me dit-il, un chapeau ça représente quelque chose... Trois heures plus tard, après avoir retraversé la ville, il venait déposer l'objet à l'hôtel!!!

Après la panique du matin, je me suis dit que j'avais eu beaucoup de chance de rencontrer des gens aussi bienveillants. Je ne suis pas certain du tout que pareille chose serait arrivée en Belgique...